destinations

CAMBODGE

Le cambodge : mon pays de coeur

Comment ne pas parler du Cambodge sans avoir des étoiles plein les yeux ? 

Le Cambodge, c’est un mélange époustouflant de couleurs, d’odeurs et de saveurs.

Les couchers de soleil d’un rose unique resteront à jamais dans ma mémoire, tout comme les balades à vélo à travers les champs et les villages. L’architecture grandiose des temples d’Angkor et la beauté surréaliste du paysage de l‘île de Koh Rong Sanloem m’ont laissée sans voix. Mes sens se rappellent encore des odeurs délicieuses du lok lak mariné du restaurant de rue et des épices parfumées de la plantation de poivre de Kampot

Et puis, les déplacements quotidiens en tuk-tuk effrénés, les soirées à scooter les cheveux au vent et le sourire accueillant des cambodgiens sont des souvenirs inoubliables.

Pendant deux mois, le Cambodge a fait battre mon cœur très fort. Même si la recherche dans le cadre de mes études m’a bien occupée, j’ai pu découvrir toutes les facettes de la ville de Phnom Penh et une grande partie du pays.

Vous trouverez en bas de page tous mes articles !

Fiche pays

Continent : Asie, plus particulièrement Asie du Sud-Est

Pays : Cambodge, ou Royaume du Cambodge (nom officiel)

Régime : Monarchie constitutionnelle 

Roi : Norodom Sihamoni

Premier ministre : Hun Sen

Superficie : 181 035 km²

Capitale : Phnom Penh, avec 2.2 millions d’habitants

Langue officielle : Khmer 

Monnaie : Riel 

Population : 17,18 millions d’habitants (2022).

Religion : bouddhisme (plus de 90%) et l’islam (moins de 5%)

Gentilé : Cambodgien

un bout d'histoire

Le régime de pol pot - Extrait de mon mémoire de recherche (2019)

« Entre 1975 et 1979, plus d’un quart de la population totale du Cambodge trouve la mort dans la révolution communiste d’obédience maoïste mise en place par le régime de Pol Pot. En effet, en avril 1975, les Khmers Rouges (partisans d’un mouvement politique et militaire communiste radical) prennent le pouvoir. La République Khmère devient l’Etat du Kampuchéa démocratique. 

Dans l’idéologie khmère rouge, le milieu urbain était associé au capitalisme, à l’occident et à tout ce qui attrait à la perversion. L’objectif est alors de parvenir à l’autarcie du pays : fermeture des frontières, exécution des intellectuels et des contestataires, destruction des villes. Le pays est transformé en une « immense coopérative agraire maoïste » (Trannin, 2005), où la plupart des citadins sont déportés vers les campagnes ou tués. Un véritable « urbicide » a été pratiqué, et pendant quatre ans, Phnom Penh est quasiment vidé de ses habitants. Il est estimé qu’à ce moment-là, sur les 2.5 millions d’habitants de la capitale et sa province, 1.1 millions serait mort durant le processus de « désurbanisation » (Durand-Lasserve, 1984). La population est alors dispersée, il y a un éclatement géographique des familles. 

En 1979, l’armée vietnamienne envahit le Cambodge et réinvestie la « capitale-fantôme » en renversant le régime de Pol Pot. Les premiers à remettre les pieds dans Phnom Penh décrivent le paysage d’apocalyptique avec des rues désertes et des maisons abandonnées. Ce sont les accords mondiaux en 1989, après de nombreuses négociations, et un accord de paix en 1991 qui permet au Cambodge d’organiser ses premières élections législatives en 1993 (Dupont, Hok, 2011). »

Quelques expressions

« Chum ree-up / soo-a » : Bonjour (formel) 

« Soo-a s’day »: Bonjour (informel) 

« Or-khum » : Merci 

« Som ket loi » : L’addition s’il vous plait  

« som dtoh » : Excusez moi 

« Sok sa bai ? » : Comment allez vous ? 

« Touw trahng » : Allez tout droit 

« Bot ch’weng/s’dam » : Tournez à gauche/à droite 

C’est l’heure de 

Voyager

Tous les articles sur le Cambodge

Que voir à Phnom Penh ? La capitale vibrante du Cambodge regorge d’endroits plus incroyables les uns que...